AILLEURS, AU-DELA

On regrette probablement, de temps en temps, d’être toujours le même, d’être enfermé dans sa propre vie, sa propre personnalité, son propre destin, son propre corps. C’est sans doute pourquoi on aime être surpris. C’est aussi pourquoi on aime avoir l’impression qu’une métamorphose s’opère en soi  et que le monde autour de soi s’efface. Certains cherchent cette évasion en consommant des produits malheureusement toxiques.

Ce qui est certain, .c’est que la musique nous plonge déjà dans une autre temporalité . On ne vit plus au rythme de ses pensées et des tracas qu’elles véhiculent, mais au rythme du temps physique et des micro ou mini ou macro émotions et sensations qu’il scande. Micro, mini ou macro, évidemment, plus c’est important, mieux c’est. Seulement la musique déploie ses effets dans toutes sortes de directions. Cela peut être très intérieur, cela peut avoir une allure expansive.  

En tout cas, le temps physique semble ignorer la loi de la gravitation. Et l’effet de la musique n’a pas grand-chose à voir avec la raison, les pensées et donc leurs problèmes. Résultat, la première impression que l’on a, c’est de décoller, complètement.

Scandé par le temps physique : évidence :

https://youtu.be/n-gCf0nmDH8?t=1230   quelques instants

Envol      https://youtu.be/nheif2BuFz0?t=631  (aussi longtemps que vous voulez)

Publié dans : Non classé | le 20 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

HUMEUR

Chopin nocturne op 48

je ne compare pas les interprétations pour déclarer qui est la meilleure, pour qui me prendrais-je ?

Je ne compare pas pour dire quelle interprétation je préfère, c’est mon affaire, chacun ses goûts

Je compare pour essayer de faire ressortir les points de vue, les compréhensions différents de la nocturne que les pianistes expriment. .A chaque pianiste sa nocturne, à chaque auditeur, sa sensibilité aux interprétations de la nocturne.  Et peut-être que les goûts, les préférences pourraient encore dépendre de notre humeur du moment.

Et je compare aussi, car de cette façon, ce sont différents aspects de la nocturne qui sont dégagés.

Et comme ce serait trop long, trop lourd de prendre la nocturne tout entière je m’en tiens à la première partie. (je vous invite à jouer le jeu)

Résumé du passage :

Ca y est, on est parti. C’est enclenché. On ne peut plus rien y faire. Cela s’impose à nous toujours davantage. .Mais cela devient de plus en plus troublant, fort. Les silences s’épaississent. Jusqu’à l’accalmie. ( Vous repérerez facilement : après le moment fort quand la tension retombe subitement)  

https://www.youtube.com/watch?v=c94nySKKoWE

Lisitsa fait chanter les notes. La nocturne progresse en ondulant, elles acquièrent de la substance. Au moment fort : elles pèsent, s’abattent.. L’accalmie : sensuelle, envoûtante. Une interprétation qui marque.

https://www.youtube.com/watch?v=xZ83Lwnhkj0

Pauvre Tiffany, trop docile, qui s’est faite blackboulée quand elle a voulu entrer dans la cour des « grands » Elle n’était pas assez banale, conventionnelle  pour être acceptée 

Caresse, légèreté des notes. Douceur presque vaporeuse. Moment fort atténué. Accalmie apaisante. Une interprétation très féminine.

https://www.youtube.com/watch?v=f3zNVUH7-xU

Un Chopin plus grave. Plus mystérieux Plus réfléchi. Ce n’est pas le relief des notes qui est remarqué, c’est l’atmosphère générale. Accalmie Juste un répit, une pause. Une interprétation prégnante.

Et vous, comment voudriez-vous jouer cela ? 

Publié dans : Non classé | le 19 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

EXPLOSION

Allez, on prend confiance, on lâche tout. D’autant que piano et orchestre sont quasiment sur un pied d’égalité. Ils ne forment plus qu’un. Cela monte.  Innocence débridée. Rien n’est plus refoulé, contrôlé.

On avance, on bouscule, on éclate enfin. Jouissance.

 https://youtu.be/SCHg9tup9NA?t=2185

Publié dans : Non classé | le 19 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

EPHETA

Lieu de la fécondité. 

La musique est innocente, puisque c’est avant la pensée, avant les mots, avant la grammaire, avant le sens, avant même l’intuition. Il ne peut donc pas y avoir en elle la moindre mauvaise intention Elle déplace quelque chose en soi, mais au début, on ne sait pas quoi. De la sensibilité naît, mais on ne sait pas quel genre.. Donc, très facile de ne pas en tenir compte. Elle n’insistera pas. On ne peut pas rêver plus discrète, plus respectueuse. Oui, sauf bien sûr lorsqu’elle vous bouleverse  d’un coup. (de foudre?) ou au moins vous accroche : cette entrée de l’orchestre et du piano . Ecouter 40 secondes svp. https://youtu.be/Fg1_tL4xNhA?t=10

Facile mais dommage de vouloir aussitôt associer des images à une musique -images qui étaient déjà là, prêtes à l’emploi en de nombreuses occasions. Non, ce qui est difficile, c’est de partir vraiment de ce qui se passe en soi, sourdement, et il se passe parfois beaucoup de choses. Emois en tous genres. Mais voilà le problème : on est justement habitué dans la vie à cacher, refouler, réprimer ses émois. Ce n’est pas le moment en société.. Au cinéma, au moins, on a tout devant les yeux et on a pu s’identifier au personnage; en musique, aucune aide de ce genre, on est seul.

Cela berce très doucement. C’est un peu comme si on fredonnait mais du plus profond de soi en ayant tant de choses à exprimer. Cela devient presque un appel. Violoncelle : il y a compréhension, enlacement, bercement, partage des sentiments. (violon, violoncelle) Plus que cela plus tard. Communion. Les notes de piano, s’élèvent, sonnent plus clair qu’une flûte mais viennent du fond de soi. Orchestre. A la fin de la 2eme intervention du piano, ce qui était partage et bercement devient ballet digne du Lac des Cygnes. Imaginez toutes ces danseuses. (poussez le son, il est un peu faible) 

De ce moment à 31mn40 sec https://youtu.be/Fg1_tL4xNhA?t=1460

Publié dans : Non classé | le 18 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

LE TEMPS RETROUVE

Allongez-vous, fermez les yeux et laissez-vous bercer. Beethoven a sans doute écouté une sonate de Mozart, il lui en reste comme un parfum.

Un air tiède caresse les roseaux. L’eau frémit à peine. Vous flottez et dérivez au fil des notes sans jamais atterrir.

https://youtu.be/kPexcfMZpLs?t=842

Publié dans : Non classé | le 18 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

L’ETOILE FILANTE

Se réveiller avec Pergolese, c’est comme se réveiller par une superbe matinée de printemps. Tous les bruits sont flambant neufs. Les oiseaux chantent à tue-tête. La flûte est bien l’instrument officiel de la gaîté ou de la joie n’est-ce pas. Le soleil semble pouvoir transpercer tous les obstacles.

Dans la musique de Pergolese, il y a toujours quelque chose de lustral, de virginal. . Il est mort à 26 ans, mais il n’est pas venu pour rien.

https://www.youtube.com/watch?v=CI76bJfw2U0

Publié dans : Non classé | le 18 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

PREMIER CONTACT

Avec Chopin.

Ne pas penser si possible, être sensitif, réceptif

Dans cette Nocturne, avant de s’occuper de la mélodie, on peut être sensible à une succession d’élans, de précipitations, et de retenues qui aboutissent à quelque chose de délicat, de très doux. En même temps cela s’élève comme soulevé par un souffle, puis cela retombe doucement, comme une plume avec une infinie douceur et souplesse. Par moment, les notes semblent sortir de soi lentement, et éclore.

Pour détourner une phrase célèbre à propos de Mozart, on dira volontiers aussi qu’entre les notes de Chopin, la musique de Chopin continue. Elle semble, de toute façon, portée par une respiration et un balancement qui relient les notes entre elles  (quand c’est joué aussi bien que cela évidemment)

https://youtu.be/sYDC12IduX8?t=445

Publié dans : Non classé | le 17 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

L’UNIVERS IMPITOYABLE

Avez-vous déjà essayé d’influencer quelqu’un ? La meilleure solution n’est pas de l’entreprendre bille en tête, c’est de faire en sorte qu’il entende les choses que vous voulez de façon involontaire et répétée. C’est la technique du matraquage subtil. C’’est pour cela que l’on utilise beaucoup les répétitions ou la saturation des espaces dans les techniques de communication. A force de voir une trombine, ou d’entendre une idée dans des circonstances diverses sans rapport avec ce qu’on voit ou entend, elles finissent par être familières, évidentes, et même sympathiques pour peu qu’on puisse les associer à des moments agréables.

Technique aussi utilisée en musique classique. Si mes informations sont exactes, ceux qui envoient des videos sur youtube sont rétribués au prorata du nombre de vues. Donc les musiciens qui saturent les têtes de gondoles sur les sites correspondants, et ceux qu’on retrouve systématiquement, 3, 5, 7 fois + sur youtube seront les plus célèbres et les plus rétribués. (voir notamment les pianistes) Et voilà. C’est un choix. C’est du matraquage. Voulez-vous vous laisser faire ? Voulez-vous contribuer à la réussite de ceux qu’on aura choisis pour vous ? Voulez-vous enrichir les riches ? (ils n’ont pas leur place chez moi)

De l’intérêt d ’écouter des musiciens et notamment des pianistes moins connus, peu connus, inconnus ou jeunes

- vous échappez au système, à l’industrie mise en place autour des célébrités

- vous n’avez pas (ou peu) de coupures publicitaires

- vous faites des découvertes

- vous n’avez pas affaire à de la conserve, du recuit, du pur savoir-faire

- vous faites une petite bonne action en soutenant ceux qui peinent à se faire reconnaître malgré leur talent. (ils ont besoin de vous)

Plongez, cherchez les perles.

https://www.youtube.com/watch?v=F7vuptYosy8

Publié dans : Non classé | le 17 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

AUBAINE

La musique de Chostakovitch est rarement gaie, c’est le moins que l’on puisse dire (écouter le concerto pour violon 1) Question de destin et d’époque sans doute.

Si par extraordinaire vous ne connaissez pas l’andante du concerto pour piano 2, vous serez content de l’entendre.

D’abord, avec l’orchestre, une atmosphère hésitant entre la tendresse et la menace. On ne sait si les évocations suggérées sont heureuses ou malheureuses.

Le piano s’exprime de façon tout à fait différente. Il choisit la douceur, même les notes graves sont contrebalancées par des notes gaies. Même la gravité de l’orchestre est contrée par l’optimisme du piano. Voir d’ailleurs la tonalité des toutes dernières notes. 

On aimerait rencontrer une personne qui, comme lui, soit apaisante, réconfortante, humaine.

https://www.youtube.com/watch?v=JlMHjo7Jwhk

.

Publié dans : Non classé | le 17 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

LES INFLEXIONS

Ce mot est utilisé fréquemment à propos de la voix humaine : à savoir le premier instrument de musique qui a donné naissance à tous les autres, et la première musique qui a donné naissance à toutes les autres. Dans la conversation ou dans le chant, les inflexions concernent alors un « changement subit d’accent ou de ton « . N’ayant pas pu trouver un mot meilleur, je propose qu’on étende un peu cette définition. Par exemple le timbre, la hauteur seraient aussi concernés. Imaginons un avion qui changerait brusquement d’assiette, de direction, qui virerait sur l’aile et qui accentuerait toutes ces opérations en les combinant de façon à se retrouver dans une position inattendue. C’est ce à quoi je pense. Inattendu est le mot important, parce que le résultat ne se déduit pas de la position initiale.

On peut imaginer le pouvoir, la persuasion d’une personne capable d’inflexions importantes dans sa voix, surtout si celle-ci est agréable, chaleureuse. (tout le contraire d’une voix monotone)

Les inflexions de ce genre en musique ne peuvent que nous ravir, d’une part parce qu’on est surpris, étonné, d’autre part parce que c’est faire montre d’une grande créativité. C’est aussi un moment marquant dans le déroulement du morceau. Rien n’est brisé, il ne s’agit pas d’une rupture, d’un trou, mais d’une sublimation.

Voici 3 exemples, 2 pour le piano, un pour le violon. Cela prend, à peu près, une trentaine de secondes à chaque fois.

https://youtu.be/h6ZC4iDBJnU?t=708 

https://youtu.be/vHYuMTDxD9g?t=272 

https://youtu.be/KDJ6Wbzgy3E?t=570

Publié dans : Non classé | le 16 mars, 2019 |Pas de Commentaires »
12

citoyen |
Petite écologie d'un insect... |
SonyaT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Savoir,Savoir Faire ,Savoir...
| Association solidarité
| mbradshaw